Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/02/2010

SOMMAIRE du numéro 15 "Les Jardins de Martinque et de Guadeloupe"

Image1.jpg

SOMMAIRE du numéro 15

 « Les Jardins de Martinique et de Guadeloupe »

 

Editorial 

Sommaire

Dans la ville : Point de vue sur la Montagne Pelée, place J. CATAYEE (Martinique)

Le monde des orchidées : Les dendrobiums

Faune et flore sauvage :

              - Un balai en rouge et noir, l’Euplecte franciscain

              - Une plante toxique, lyann mang

Paysages sous-marins : Eponges à l’Anse Dufour

Une plante de A à Z : La vanille (volet 2) : La pollinisation de la vanille…en images

Nos palmiers : Le géant des montagnes

           

Guide pratique :

              Au jardin créole

- Plantez des aubergines

- Réussir ses boutures de mussenda

- Toloman et dictame, « menm bèt, menm pwèl » ?

- Comblez les trous dans ma pelouse

- Ne jetez plus votre marc de café

- Des oiseaux dans mon jardin

Dossier du Comité Martiniquais du Tourisme : Le Jardin créole, un précieux héritage

- De l’eau, de l’air pour des graines de palmiers

- Une haie de paresseux

- Giraumon, aidons la nature

Les broméliacées

- Les filles de l’air, évocation d’un genre particulier

Rimed Razié

- La brisée, un parfum et des vertus remarquables

           

Jardin caché : Un jardin à PETIT BOURG (Guadeloupe), le jardin de Sylvia né d’une passion                                                            

La santé par les plantes : Moringa oleifera ou mondikilé, l’arbre qui purifie l’eau

La boutique des Jardins de Martinique

Les ateliers de jardinage de l’association « Les Jardins de Martinique »

Nos animaux et nous : Mon chien détruit tout quand il est seul !

Carnet d’adresse

Le magazine est en vente dans toutes les librairies de Martinique ou par abonnement (abonnement en ligne sur le www.lesjardinsdemartinique.fr au prix de16, 50 € les 6 numéros pour la Martinique et la Guadeloupe et de 22,50 € pour les pays d'Europe)

17/02/2010

Eteindre le feu du piment

r-piment-antillais(capsicum_chinensis)-solanac-a1100-NC33rv.JPGPlante condimentaire la plus caractéristique de notre cuisine antillaise, le piment peu se transformer en un véritable supplice surtout pour les palais les moins avertis.

Qui n’a jamais crié « en moué ! », sous le feu d’un piment fort. Qui n’a jamais vu un enfant en larme parce qu’après manipulation du fruit, il avait malencontreusement porté ses mains à la bouche ou même sur les lèvres ?

 

La substance responsable du piquant du piment s’appelle la capsaïcine. En consommer provoque l’émission d’endorphine qui entraîne à son tour une sensation de plaisir et une légère euphorie. Manger pimenté, ce n’est pas seulement pour le goût (fort agréable, cela dit) mais surtout pour les sensations que cette petite molécule procure.

 

Lire la suite